Nouvelles

Accueil / Nouvelles / La CEOE organise une réunion d'affaires pour renforcer les liens commerciaux et économiques entre l'UE et l'Afrique

La CEOE organise une réunion d'affaires pour renforcer les liens commerciaux et économiques entre l'UE et l'Afrique

Date: 20/12/2023

CEOE a organisé une réunion d'affaires à l'occasion de la réunion de haut niveau organisée par le gouvernement espagnol avec la Commission de l'Union africaine sur le thème "Investissements transformateurs en Afrique : initiatives créatrices d'emplois", dans le cadre de la présidence espagnole du Conseil de l'Union européenne.

Cet événement a pour but de renforcer les liens commerciaux et économiques entre l'Union européenne et l'Afrique, l'Espagne étant le trait d'union entre les deux continents.

La réunion, organisée en collaboration avec l'ICEX et les ministères de l'Économie, du Commerce et des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération, a rassemblé plus de 200 hommes d'affaires et autorités au siège d'entreprises espagnoles.

Lors de l'ouverture, le président de la CEOE, Antonio Garamendi, a montré la volonté des entreprises espagnoles de contribuer à "l'intensification et au renforcement des relations entre l'Afrique et l'UE". Dans ce contexte, il a souligné le fait que les exportations espagnoles vers l'Afrique atteindront déjà 21 125 millions d'euros d'ici 2022, le chiffre le plus élevé depuis vingt ans.

Dans cet effort pour promouvoir les relations entre les entreprises, le président a rappelé que l'Afrique présente des tendances de croissance macroéconomique qui suscitent un grand intérêt au sein de l'UE, et pas seulement en Espagne.

Il a notamment souligné l'augmentation de la consommation et de la classe moyenne dans les pays africains, ainsi que le processus d'urbanisation croissant dans lequel le continent est plongé. "Tout cela renforce l'attrait des économies africaines", a-t-il déclaré.

De nouvelles opportunités

Le président de la CEOE a également souligné les opportunités qui se présentent avec la mise en œuvre de la zone de libre-échange en Afrique. En outre, il a souligné la nécessité d'avancer avec les économies africaines dans le double défi de la transition "verte" et numérique.

Pour sa part, la directrice générale de l'ICEX, María Peña, a reconnu le grand " potentiel " que représente un marché en croissance comme le marché africain, dont les perspectives économiques sont d'ailleurs supérieures à la moyenne mondiale.

À cet égard, elle a rappelé que le stock d'investissements en Afrique a doublé entre 2007 et 2021, ce qui "donne une idée de l'intérêt qui existe au niveau international", et a souligné la capacité actuelle du continent à être un "important fournisseur de matières premières et un espace de transformation des investissements".

Pour sa part, le commissaire au commerce et à l'industrie de la Commission de l'Union africaine, Albert M. Muchanga, a souligné que la situation économique de l'Afrique comporte "des défis et des difficultés, mais elle est aussi très prometteuse en termes d'opportunités".

M. Muchanga a souligné que l'économie africaine "sera la deuxième économie à la croissance la plus rapide en 2024, derrière l'Asie, tandis que sa population représentera 25 % du total mondial en 2050, ce qui donne une idée de l'opportunité qu'elle représente pour les entreprises espagnoles".

Le potentiel du continent

Le commissaire a également convenu qu'"il est essentiel d'entreprendre la transition verte" et, dans ce sens, il a souligné le potentiel de l'ensemble du continent africain pour développer un secteur de l'énergie solaire de grande importance, ainsi que pour croître dans des domaines tels que l'hydrogène propre ou la fourniture de batteries électriques.

La conférence comprenait une demi-douzaine de tables rondes sur les accords commerciaux entre l'UE et l'Afrique, les partenariats public-privé, l'agroalimentaire et la sécurité alimentaire, ainsi que les opportunités dans les secteurs de la chimie et des engrais, du textile, des énergies renouvelables, du traitement de l'eau, des minéraux essentiels, des infrastructures de transport, de la connectivité et de l'industrie automobile.

D'autres questions ont été abordées : un nouveau modèle de financement pour l'Afrique, les expériences des investisseurs européens, de nouvelles approches institutionnelles pour encourager les investissements, les chaînes de valeur régionales et, enfin, le rôle des organisations d'entreprises en Afrique.

Source: CEOE

Autres nouvelles
AFDB grants about €245 million for green electricity in rural areas

  Source: Afrik 21    The African Development Bank (AfDB) is providing further support to Morocco’s energy policy. On the 11th of December 2019, its Board ...

Oil prices to be lower in 2019 on slower-than-expected global growth, rising non-OPEC supply

  Source: The World Bank    WASHINGTON, April 23 – Crude oil prices are expected to average $66 a barrel in 2019 and $65 a barrel in 2020, a downward re...

DSI (Direction des systèmes d'information): Dell Technologies dévoile les résultats d’une étude menée au Maroc

Fuente: fnh.ma Dell Technologies, en partenariat avec l’Association des Utilisateurs des Systèmes d'Information au Maroc (AUSIM) et BearingPoint, a dévoilé...

Kenya demande 70 milliards de shillings dans le cadre d'une première émission d'obligations routières

  Source: Business Daily   The Kenya Roads Board (KRB) is set to issue a Sh70 billion tax-free roads bond in the next one week to raise funds for road mainten...